Donate with PayPal button Explore Your DNA, Recherches & études Paléogénétiques
19/09/2021

Les Kalashs

Les Kalashs...

Ils ont les yeux aigue-marine ou céladon, la peau cuivrée, les cheveux parfois blonds ou roux ... il s'agit des Kalashs de Chitral, un groupe ethnique des montagnes du nord-ouest du Pakistan, aux confins de l'Afghanistan, qui maintient sa culture depuis près de 2300 ans.

Génétique
À l'instar des Nouristanis d'Afghanistan, les Kalash ont parfois le teint et les yeux clairs. On raconte qu'ils seraient les descendants des soldats d'Alexandre le Grand ayant conquis cette région et des femmes locales. En fait, il ne s'agit que d'une fabuleuse légende (voir le film "L'homme qui voulut être roi") car les Kalash ont un ADN mitochondrial extrêmement rare qui les relie aux peuples de Sibérie.
En 2014, une étude publiée dans la revue "Science" relie l'ADN de la population Kalash à celle de la population des territoires de l'Allemagne et de l'Autriche actuelles entre le 10ème et le 3ème siècle avant notre ère.
Quoi qu'il en soit, les Kalash seraient d'origine indo-européenne, aryenne et indo-iranienne ainsi que les autres peuples de l'Hindou Kouch, arrivés dans cette région au 2ème millénaire avant notre ère.
Compte tenu de l'analyse de l'analyse de leur ADN mitochondrial, il est probable que les Kalash soient d'origine eurasienne, proche de la population indigène de Sibérie.

Traditions
Dans un pays à l'écrasante majorité musulmane, les Kalash se démarquent entre autres par la place de la femme dans leur société ainsi que par leurs croyances. Les femmes ne sont pas voilées, le divorce ne pose pas problème, même si celles-ci ne peuvent pas être héritières du patrimoine familial.
Les Kalash sont essentiellement des éleveurs et des cultivateurs, produisent leurs propres vins tandis que les femmes s'occupent de la cultivation des champs et de l'artisanat, occupation exclusivement féminine.
Culte
Les Kalash pratiquent une religion qui mêle védisme, hindouisme et paganisme.
La fête la plus importante est celle de Joshi au mois de mai qui annonce les transhumances ainsi que les fêtes des solstices ("Chaumos" au solstice d'hiver), qui inclut des sacrifices d'animaux.
Hormis leurs dieux, qui ont un lieu direct avec la nature, le culte des ancêtres, des fées et des esprits jouent un rôle essentiel dans la vie quotidienne de cette ethnie vivant à plus de 7500 d'altitude, isolée du reste du Pakistan. Balumain est considéré comme le dieu créateur de leur panthéon, dont on dit qu'il revient chaque année à cheval entendre les voeux de son peuple.
Une particularité de la culture kalash est le bashali, une maison dans laquelle les femmes s'isolent pendant leurs règles. De même, les femmes sur le point d'accoucher et les parturientes y sont enfermées pendant une vingtaine de jours car considérées comme impures. Elles occupent alors leur temps à lire ou à coudre et des aliments sont déposés devant leur porte afin de subvenir à leurs besoins.

Les Kalash, un peuple en danger ?
Plus de 100.000 au début du 20ème siècle, les Kalash ne représentent plus que 3000 individus (moins de 0,002 % de la population pakistanaise). Les traditions polythéistes sont menacées d'extinction dans un pays où la pression du prosélytisme de l'Islam est énorme. Les enfants recevant l'enseignement de l'Islam perdent peu à peu leurs traditions, sont obligés de se convertir afin de pouvoir étudier ou accéder à des bons postes.

Source: http://www.foriri.com/article/10592-peuple-kalash-pakistan
Wikipédia